Tiffany, l'histoire de créations verrières uniques

Décoratifs, ils réinterprètent la lumière en offrant une ambiance feutrée à la pièce.

Il était une fois, des lampes aux mille couleurs


Les lampes Tiffany
© Artbambou

L'histoire raconte que le luminaire Tiffany serait inspiré de la beauté des vitraux des cathédrales françaises. Vers la fin du 19ème siècle, Louis Confort Tiffany, un américain passionné par les beaux-arts, fils du célèbre joaillier New-Yorkais Charles Lewis Tiffany, est charmé par ces créations verrières exceptionnelles. Il décide d'utiliser les chutes et morceaux de verres de vitraux mis au rebut pour les recycler en les assemblant avec une technique de sertissage innovante au moyen de feuilles de cuivre à la place du plomb. Ils crée ainsi de magnifiques lampes faites de morceaux de verres d'incrustations colorées et de toutes formes. La première usine Tiffany Glass Company est officiellement créée à New-York en Décembre 1885.

Artisan de son propre succès, LC Tiffany sollicité par les plus grandes fortunes américaines connaît par la suite des années de gloire. Il acquiert une renommée mondiale grâce à ses créations verrières remplies de fantaisie qui illuminent les musées, les banques et les halls d'hôtel. Las ! Ces modèles, trop vite encensés tombent progressivement dans l'oubli et beaucoup furent détruits. Nombre de ces créations sont aujourd'hui reprises, fidèles aux dessins d'origine et élaborées conformément à la technique ancestrale.



Une technique ancestrale pour des lampes d'exception

Le processus de fabrication artisanale des lampes Tiffany débute par la conception d'une maquette qui révèlera l'aspect futur du vitrail. Dupliquée en 3 exemplaires, un pour le plan de travail, un pour la sauvegarde du modèle et un pour le gabarit et découpage des pièces.

Le gabarit de chaque pièce est posé sur le verre pour dessiner une forme qui sera ensuite découpée au diamant ou coupe-verre puis égalisée à la meuleuse. Une fois les morceaux de verre meulés et soigneusement nettoyés, ils sont sertis d'un ruban de cuivre autocollant rabattu sur le plat du verre.

Le verre est ensuite décoré suivant diverses techniques complexes de peintures poudres mélangées à un liant et à un diluant qui vont permettre d'apporter des dessins et des nuances. On distingue ainsi la grisaille, une solution d'oxydes métalliques, couleur vitrifiable traditionnellement brune et mate utilisée principalement pour la réalisation des détails et modelés et les émaux qui apportent leur couleur au verre et offrent un fini brillant et translucide après cuisson. Ils créent un mélange optique entre la peinture et la couleur originelle du verre.

Après application, les pièces de verres sont mises au four à environ 630° pour garantir la bonne tenue dans le temps de la peinture.

La dernière étape consiste ensuite à l'assemblage des éléments de verre par une soudure à l'étain, qui par capillarité, va maintenir entre-elles les pièces de verre serties.

Première étape de la fabrication d'un abat-jour Tiffany
© Artbambou

Première étape de la fabrication d'un abat-jour Tiffany



Rubriques : Guide Luminaires Lampes